Marion, fondatrice de Bayadji a lancé sa marque avec succès !

Marion a participé à la formation « Comment créer sa marque de vêtements responsable » en Octobre 2021.

Son projet était de créer une marque de maillots de bain éco-responsable si possible fabriqués en France.

Après quelques péripéties concernant son nom de marque, elle a choisi Bayadji qui est un mix de Bankgok et Djibouti, 2 villes où elle a vécue et qui ont profondément marqué sa vie.

Lors de la formation, nous avons affiné son concept, défini une stratégie de lancement pour sa marque, identifié des ateliers de confection potentiels et travaillé sur son Business Plan pour chercher des financements complémentaires.

Grâce à tout ce travail effectué ensemble lors de la formation, Marion a ainsi pu :

  • être acceptée facilement au Village des créateurs (un incubateur Mode à Lyon) pour profiter d’une visibilité supplémentaire et entrer dans un écosystème
  • bénéficier de 7 000 € via une subvention locale pour les jeunes entrepreneurs
  • convaincre son banquier (en un seul rendez-vous) de lui prêter 20 000 € pour ne pas trop entamer ses économies personnelles
  • travaillé avec une styliste partenaire pour son plan de collection
  • créer ses propres motifs pour une partie de ses maillots de bain
  • lancer sa production avec un atelier marseillais
  • réaliser un photo shoot dans un cadre inspirant
  • commencer à se créer une audience avec son compte Instagram Bayadji (800 abonnés en quelques mois)
  • vendre 57 maillots de bain lors de sa campagne Ulule (110% de réussite à ce jour)

Marion prépare déjà la suite de sa collection avec des produits pour l’hiver.

Pour augmenter son trafic qualifié sur son tout nouveau site web (et ses ventes directes), nous travaillons lors des séances de coaching collectif sur sa stratégie digitale via Pinterest et Instagram.

Une belle aventure qui commence bien !

Créer sa marque : 9 pistes pour trouver sa niche

Pour lancer sa marque de vêtements, il est indispensable de trouver sa niche.

Et ça n’est pas forcément facile.

Aujourd’hui, il ne suffit plus de dire « Je fabrique des vêtements éco conçus ou durable » pour que des personnes s’intéressent à votre projet.

Il faut les attirer avec quelque chose qui va les toucher profondément.

Ou qui va résoudre un problème concret.

Dans cet article vous allez découvrir 9 pistes pour vous aider à vous démarquer de la concurrence.

Bien sûr vous pouvez combiner plusieurs d’entre elles pour faire de votre marque, une marque UNIQUE sur le marché.

Idée de niche n°1 : Valoriser son territoire

Nous sommes de plus en plus sensibles au LOCAL.

Certaines marques l’ont bien compris.

Nous pouvons citer l’exemple de la marque « 64 » (c’est le numéro du département des Pyrénées-Atlantiques) qui s’est rapidement développée en créant un univers qui rappelle les valeurs de ce territoire (la mer, la montagne, le surf, les vacances en famille….).

Les touristes qui viennent au pays-basque repartent souvent avec un vêtement 64, que ce soit pour eux ou comme cadeau original pour leurs proches.

Encore plus « local », nous pouvons citer la marque « BTZ » (les initiales de la ville de Biarritz).

En plus de rappeler le nom de la station balnéaire internationalement connue (et donc d’associer les valeurs de la marque au prestige de la ville), la marque joue sur la communauté Surf très présente dans cette ville pour proposer des vêtements simples mais porteurs d’une émotion intense.

Autre exemple à l’opposé du Sud-Ouest, le Nord !

Avec la nouvelle marque éco-responsable « Gueules noires » qui fait appel à l’Histoire et à l’imaginaire de l’industrie minière de cette région.

Idée de niche n°2 : Faire appel à des ambassadeurs reconnus

Il est souvent plus facile de se faire connaître quand des personnes très connues vous aident à être visibles.

Vous bénéficiez ainsi de leur notoriété, de leur carnet d’adresse et de leur communauté sur les réseaux sociaux.

Ce n’est pas le plus facile mais réfléchissez bien, vous avez peut-être des personnes autour de vous assez connues qui seraient prêtes à vous aider ou à investir dans votre beau projet.

C’est le cas de la marque « AVNIER » qui a été soutenue et co-créée avec Orelsan, un rappeur français très connu.

L’avantage là aussi, c’est de combiner un ambassadeur reconnu avec une communauté de fans de rap.

A noter que cette marque s’est tout de suite engagée dans une Mode plus responsable avec un choix de matières éco et un soutien à des causes environnementales.

Idée de niche n°3 : Utiliser une innovation dans les matières

En réalisant une veille des nouveaux matériaux éco, vous pouvez dénicher une matière nouvelle, peu connue du grand public et qui apporte une vraie valeur ajoutée.

C’est le cas récemment des chaussures à partir de raisin de la nouvelle marque « Zeta » ( 2 683 pré-ventes sur Ulule!)

En plus de faire le buzz dans les médias, il est très facile de retrouver la marque en tapant dans Google (ou Lilo) avec les mots « Chaussures + raisin ».

Il n’y a qu’elle !

Il y a (heureusement) plein de nouveaux matériaux éco qui arrivent sur le marché.

Attention aux fausses bonnes idées.

Par exemple des chaussures biodégradables que personne ne voudra mettre car trop peur qu’elles ne se désagrègent rapidement.

Et attention à la durabilité de ces nouveaux matériaux, ils sont encore souvent en expérimentation et peuvent être plus fragiles que des matériaux « traditionnels ».

Il suffit juste de le préciser à ses clients.

Idée de niche n°4 : Proposer un service plus que des produits

Quelques marques se lancent dans la location ou les abonnements.

Pour l’instant à l’état d’expérimentation, le jeu en vaut la chandelle au niveau environnemental !

C’est le cas de la marque espagnole « SKFK » qui propose désormais à ses clientes de louer des vêtements plutôt que de les acheter.

Une vraie révolution dans notre consommation !

Idée de niche n°5 : Jouer sur le positionnement Prix

Quand on créée sa marque, il est possible aussi de se positionner suivant le prix de vente de ses produits.

Que ce soit sur un tarif bas mais là c’est difficile de faire des marges et donc il faut vendre beaucoup de volume.

C’est le Business modèle de marques comme H&M, Uniqlo etc…

Au contraire, vous pouvez vous positionner sur une niche élevée avec des produits d’exception et/ou personnalisés.

C’est le cas de la marque « Janecio » qui propose un service de personnalisation de vêtements avec une livraison sous 20 jours.

Idée de niche n°6 : Valoriser une Histoire

Si vous avez une belle Histoire à raconter, qui peut toucher le coeur de vos clients, il faut en profiter !

Car au delà des produits, c’est souvent l’émotion liée à un projet qui fait la différence.

C’est le cas de la marque « Le petit Dakarois » qui, en plus de proposer de beaux vêtements originaux, fait vivre toute une communauté au Sénégal.

Idée de niche n°7 : Pensez aux clients B2B

C’est peut-être un moins « glamour » sur le papier que de créer des robes hautes couture mais vous pouvez aussi imaginer des beaux vêtements pour des professionnels !

Il existe des centaines de métiers qui n’attendent que votre talent pour s’habiller avec vos créations.

Car en terme de Style, la plupart des fournisseurs de vêtements professionnels font le minimum.

Exemple de vêtements professionnels actuels

Ils se battent en effet sur le prix de fabrication alors qu’une petite marque créative peut se créer sur un concept de style unique (et donc incomparable avec les concurrents classique).

Ces fournisseurs ne prêtent en général pas attention à l’origine écologique des matières, il y a sûrement un créneau à prendre.

Que ce soit les coiffeurs, les barbiers, les plombiers « new school », les esthéticiennes, les kinésithérapeutes etc… tous ont besoin de fonctions spécifiques et ne trouvent peut-être pas aujourd’hui leur bonheur.

Les avantages de s’adresser à des professionnels sont nombreux :

  • il est facile de les identifier via un annuaire en ligne
  • ils peuvent faire passer leurs achats de vêtements dans des achats professionnels (ce n’est pas eux qui paient mais leur entreprise > donc le prix peut être plus élevé)
  • si il y a plusieurs collaborateurs, vous pouvez vendre directement plusieurs vêtements

Idée de niche n°8 : Proposer une marque pour une communauté de passionnés

C’est presque la niche la plus évidente aujourd’hui.

Et c’est sûrement celle où il y a le plus à faire !

Il y a en effet de plus en plus d’activités différentes et donc de communautés en développement.

Il faut juste identifier celle avec laquelle vous avez le plus d’affinités et vous pouvez commencer à leur poser des questions sur leurs attentes spécifiques.

Vous avez par exemple la marque « Animal Kids » pour les fans des animaux sauvages

Idée de niche n°9 : Se donner une Mission d’entreprise (pour la Société)

De plus en plus de marques intègrent la notion de Mission d’entreprise.

C’est à dire qu’elles considèrent leur marque (et donc leur entreprise) comme un MOYEN d’apporter un solution à un problème majeure de la Société.

On peut dire que ce sont des marques contributives, elles font plus que vendre des produits.

C’est le cas par exemple de la célèbre marque Patagonia qui utilise une partie de ses bénéfices pour acheter des immenses terrains et en faire des parcs naturels.

Mais se donner une Mission n’est pas réservé aux grandes marques.

La mission que s’est donné la jeune marque Princesse est « Ouvrir le champ des possibles et inspirer les filles à se projeter dans n’importe quelle carrière ou activité ».

Alors résumons les 9 pistes pour trouver sa niche quand on lance sa marque de vêtements :

  1. Valoriser un Territoire
  2. Intégrer des Ambassadeurs connus
  3. Proposer une innovation Matière(s)
  4. Proposer un service Innovant
  5. Se positionner sur un prix Premium
  6. Valoriser une belle Histoire
  7. Imaginer une marque conçue pour des Professionnels
  8. Trouver une Communauté nouvelle très spécifique
  9. Incarner une Mission sociétale

Bien sûr cette liste n’est pas exhaustive et ces niches peuvent se combiner.

Si vous avez un peu de mal à définir votre niche, c’est le travail que nous ferons ensemble lors de la 1ère journée de la formation « Comment créer une marque de vêtements responsable« .

Comment créer un moodboard ?

Pourquoi créer un moodboard ?

Véritable outil de travail, le moodboard ou planche de tendance est à différencier du scrapbooking. Si ce dernier est effectivement un passe-temps divertissant, le moodboard est quant à lui très utilisé par les créatifs (graphistes, décorateurs, designer, etc.) et par les jeunes créateurs de Mode car il permet de déterminer une identité visuelle et de synthétiser un concept.

Réaliser une planche de tendance est en effet surtout utile au moment de démarrer un projet.

Il s’agit d’un outil idéal lorsqu’il s’agit de faire comprendre à des prestataires externes (graphiste, styliste, concepteur de site web…) le concept que vous avez en tête.

C’est un très bon moyen de gagner du temps et de matérialiser une idée créative et de la partager concrètement avec vos collègues.

Afin de vous aider à créer votre premier moodboard professionnel (qui vous sera très utile pour la formation « Comment créer une marque de vêtements responsable« ), nous avons réuni pour vous dans cet article un ensemble de conseils pour réaliser une planche de tendance.

1. Qu’est-ce qu’un moodboard ?

Un moodboard est ce qu’on appelle aussi en français « planche de tendance » ou « planche d’inspiration »

Assemblage de visuels, de mots, de citations, parfois même d’objets, le moodboard permet de stimuler la créativité, mais aussi et surtout d’offrir une vision inspirationnelle d’une marque ou d’un produit.

Le moodboard peut se présenter sous plusieurs formes mais la grande majorité du temps il s’agit d’un collage physique (tableau, poster, etc.) ou d’un assemblage digital de visuels.

Il est tout particulièrement utile au début de la création de sa marque notamment parce qu’il permet de créer un univers complet et de le rendre compréhensible pour le plus grand nombre.

L’atout premier du moodboard est qu’il permet de gagner du temps et de synthétiser un concept créatif afin de rendre concret une idée, un concept, un univers et finalement l’ADN de sa marque.

2. Comment créer un moodboard ?

Il n’y a pas de règle absolue définissant ce à quoi un moodboard doit ressembler et la raison en est très simple : une planche de tendance est un support qui permet de donner vie à une idée, un concept, un univers uniques.

Cependant, il existe quelques techniques qui vous aideront à rendre votre planche de tendance aussi claire qu’esthétique.

Conseil #1 : Privilégiez une couleur de fond unie

Votre moodboard possèdera un fond de couleur et pour ne pas trop attirer l’œil il est important de choisir un fond uni. Évitez les imprimés et les dégradés.

De même, si la couleur de votre fond ne fait pas partie intégrante de votre concept, privilégiez une teinte claire et discrète afin qu’elle n’attire pas trop l’œil.

Cela permettra à votre audience de se focaliser plus facilement sur vos visuels.

Conseil #2 : Apportez un peu d’air à votre composition

Attention à ne pas trop charger votre moodboard. Chaque élément doit être vu, il est donc essentiel de laisser de l’air entre vos différents éléments et de ne sélectionner que des photographies au style épuré.

Conseil #3 : Privilégiez un format rectangulaire

Ce n’est pas une obligation, il est tout à fait possible que vous vous sentiez plus à l’aise avec un format carré, cependant c’est un format très peu utilisé.

En effet, on privilégie en général un format rectangulaire (portrait ou paysage) pour avoir plus de place et ce qu’il s‘agisse d’un moodboard physique ou digital.

Conseil #4 : Prenez votre temps

Créer un moodboard prend du temps car il ne suffit pas d’assembler quelques images qui vous plaisent, il doit synthétiser tout ce que vous avez en tête et donner envie de se plonger dans votre univers.

3. Les étapes à suivre pour réaliser son tableau d’inspiration

Voici quelques étapes à suivre pour réaliser une planche de tendance.

Etape n°1 : Rechercher des visuels

Votre idée ou votre concept doit être UNIQUE. Si votre moodboard a pour mission de vous apporter quelques pistes d’inspirations supplémentaires, votre idée de départ, elle, doit sortir de votre tête.

Nourrissez-vous donc de tout ce qui peut vous inspirer au quotidien — des films, des œuvres d’art, des vêtements, un voyage, des personnes que vous croisez dans la rue et laissez votre œil créatif faire un mélange de tout cela pour obtenir une vision qui ne ressemblera qu’à vous (ou à votre marque).

L’objectif de cette étape est de rassembler tout ce qui vous inspire en découpant des photos dans des magazines, en imprimant des produits que vous avez déniché sur Pinterest, en ajoutant des morceaux de tissus qui vous semblent intéressants…

Dans un premier temps n’hésitez pas à accumuler la « matière », vous pourrez ensuite faire le tri et agencer votre moodboard (qui peut évoluer au fil de vos recherches).

Etape n°2 : Analysez les visuels

À présent que vous avez sous la main toutes les images nécessaires à la création de votre planche de tendance, vous allez pouvoir organiser vos trouvailles pour structurer l’ensemble.

Prenez le temps de bien analyser les documents que vous avez récoltés et ne gardez que ceux qui vous paraissent les plus pertinents.

N’hésitez surtout pas à varier les éléments graphiques de votre moodboard. On a souvent tendance à ne se focaliser que sur des photographies mais il est tout aussi intéressant de sélectionner des dessins, des typographies, des palettes de couleur ou même des effets texturisés (du tissu par exemple).

Dans le cas où vous opteriez pour un moodboard digital, vous pouvez également envisager d’ajouter des extraits vidéos.

Etape n°3 : Créez votre moodboard

C’est l’étape la plus excitante : vous allez enfin pouvoir démarrer la création de votre moodboard et donner vie à vos idées.

Pour ce faire, assurez-vous d’avoir bien défini votre ligne directrice et d’avoir suffisamment varié vos images.

Afin de rendre l’ensemble clair, lisible et attrayant, prenez soin d’utiliser des visuels de tailles et de formes différentes et d’ajouter du texte (des mots-clés ou des citations) lorsque cela vous semble nécessaire.

Etape n°4 : Apprenez à mettre des mots sur votre planche de tendance

Il est intéressant de présenter votre moodboard à des personnes autour de vous. Vous allez ainsi commencer à vous entraîner à raconter l’Histoire de votre marque, son ADN, d’où vous vient cette envie…

Ce support physique (ou digital) va rendre concret votre projet aux yeux des autres !

4/ Les outils nécessaires à la création d’un moodboard PHYSIQUE

Si vous avez fait le choix de créer un moodboard physique, alors vous allez devoir vous équiper de matériel de loisir créatif.

La création d’un moodboard de façon manuelle prendra plus de temps mais c’est aussi très probablement la façon de réaliser une planche de tendance la plus agréable et la plus stimulante.

Voici une liste d’outils dont vous aurez besoin pour réaliser votre moodboard physique :

  • Un support : il peut s’agir d’un tableau en liège, d’une grande feuille de papier que vous pourrez éventuellement vernir et/ou mettre sous verre ou d’un carton découpé que vous pourrez peindre pour lui offrir une base unie.
  • De la colle : une colle en stick fera largement l’affaire. Si vous préférez pouvoir modifier facilement l’emplacement de vos différents éléments, vous pouvez également choisir de les fixer à l’aide de scotch ou de pâte fixatrice. Le résultat sera cependant moins esthétique.
  • Une paire de ciseaux : indispensable pour faire des découpages soignés. A moins que le côté « imparfait » fasse partie intégrante de votre concept
  • Des feutres ou des crayons de couleur : vous allez probablement avoir envie d’ajouter un peu de texte à votre moodboard comme des citations inspirantes ou des mots clés. Vous pourrez choisir de découper des mots ou des phrases dans des magazines ou des journaux, mais vous pouvez tout aussi bien décider de les écrire vous-même.
  • Des magazines, des catalogues et des journaux : pour trouver vos images vous devrez disposer de magazines et de journaux dans lesquels vous pourrez découper. Il peut s’agir de magazines de Mode mais aussi de magazines spécialisés (Sport, Lifestyle, Business). L’inspiration peut venir de partout !

5. Les outils nécessaires à la création d’un moodboard DIGITAL

Vous vous sentez plus à l’aise avec l’idée de créer un moodboard digital ?

Pas de souci, il est tout à fait possible de réaliser une planche de tendance tout aussi efficace sur votre ordinateur.

Voici les outils dont vous allez pouvoir vous aider pour créer votre moodboard digital :

Outil #1 : Pinterest

Grâce à Pinterest, vous allez pouvoir rechercher facilement par mots-clés le type d’éléments graphiques qui vous intéresse. De plus, vous pourrez au fil du temps les enregistrer sur différents tableaux qui vous permettront de mieux organiser vos trouvailles. Pinterest a justement était pensé comme un moodboard géant, il serait donc dommage de ne pas en profiter.

Outil #2 : Remove Background (Remove bg)

Grâce à Remove bg, il vous sera très facile de supprimer (en 2 clics) l’arrière plan d’une photo dont vous ne souhaitez que garder le produit. C’est un logiciel gratuit en ligne incroyable.

Outil #3 : InDesign

Si vous possédez un ordinateur Mac, le logiciel de mise en page InDesign pourra vous servir à créer votre tableau de base sur lequel vous pourrez ensuite venir ajouter, petit à petit, vos éléments graphiques. C’est un logiciel intuitif mais qui demande quand même de la pratique pour bien le maîtriser.

Outil #4 : Canva

Si vous n’avez ni le temps ni les connaissances nécessaires pour créer votre tableau de tendance sur le logiciel InDesign alors Canva est sans aucun doute la parfaite solution pour vous. Extrêmement intuitif et simple d’utilisation, Canva vous offre la possibilité de réaliser votre moodboard très simplement et en quelques minutes, le tout avec un rendu très professionnel.

Bonus : exemples de moodboards réussis

Afin de vous aider à mieux comprendre comment structurer un moodboard à la fois clair et visuellement attrayant, voici des exemples réussis de planches de tendances pour créer sa marque de vêtements.

Voilà, nous espérons vous avoir donné l’envie de créer votre propre Moodboard pour votre projet !

C’est une étape importante qui va permettre de concrétiser vos idées mais qui nécessite pas mal de réflexion pour synthétiser en quelques éléments tout l’univers de votre marque.

Ils ont créé leur marque, le retour positif de Morgane de Venitz

Après des années comme salariés dans l’univers du Textile et de la Mode, Morgane et Rudy ont lancé Venitz, leur propre marque de vêtements éco-responsable en 2020 et ils ouvrent déjà un deuxième magasin !

Si vous aussi, vous souhaitez lancer votre propre marque, notre formation intensive sur 5 jours peut vous aider à gagner beaucoup de temps et à économiser de nombreuses dépenses inutiles.

Plus d’infos ici sur notre formation « Comment créer une marque de vêtements responsable » (éligible au CPF)

Quel budget pour lancer sa marque de vêtements ?

C’est comme si vous demandiez à un agent immobilier combien coûte une maison …. à tous les coups, il vous répondra : ça dépend !

En centre ville ou en banlieue ? Combien de m2 ? neuve ou à rénover ? un jardin ? …

Il en est de même avec la création de votre marque !

Mais une chose est sûre, il faut tout de même prévoir des fonds pour lancer sa marque de façon efficace et professionnelle.

Car il faut prévoir la création d’une société, la création du logo, le dépôt de marque à l’INPI, la création des vêtements (avance matières premières, styliste… ), la production, l’emballage et le stockage de votre commande, la mise en place d’outils de communication (site, boutique en ligne, plaquette, flyer, stand marché…) et un peu de publicité.

Tout cela se chiffre plutôt au cas par cas car cela va dépendre de vous (et de vos capacités ), de vos produits et de vos ambitions. Par exemple, le prix d’un logo de marque varie de 50€ à 2000€ ! De même, souhaitez vous fabriquer vous même ou faire fabriquer ?

Il est donc important de prendre la question à l’envers !

Au lieu de chercher à tout prix à connaître LA réponse absolue à votre question, il faut d’abord définir votre projet, votre situation, vos ambitions… pour ensuite évaluer les besoins en financement !

Bref, cela ne va pas vous plaire mais la réponse à votre question, c’est votre plan de financement.

En formation “Créer sa marque de vêtements responsable”, nous travaillons sur les projets et le plan de financement.

A travers un article, il est impossible de faire cela de manière individuelle…

Néanmoins, je vais vous aider à vous poser les bonnes questions pour déterminer le coût de VOTRE entreprise.

Car quelque soit votre situation, il est possible de créer une marque et nous pouvons vous aider pour ça.

Mais arrêtez de chercher des réponses toutes faites ou universelle, il n’y en a pas !Il y a une réponse par projet !

Donc, pour vous aider à répondre à la question «combien cela coûte-t-il de démarrer MON entreprise de vêtements?», j’ai compilé 7 questions que je vous recommande de vous poser avant de lancer une marque indépendante.

Quel budget pour créer sa marque de vêtements responsable ?

Tout d’abord évoquons les frais variables pour créer sa marque.

1. Quelle est votre ambition avec votre marque de vêtements ?

Pour moi c’est la toute 1ère question à se poser !

Pensez vous que la personne qui souhaite créer 3 produits et les vendre sur le marché pour se faire un complément de revenus va avoir besoin des mêmes fonds que la personne qui souhaite vendre une gamme complète, être présente chez des revendeurs tels que Galeries Lafayette et devenir leader sur son segment ?

La réponse est NON.

Avant de se demander « combien cela coûte-t-il de démarrer une marque de vêtements ? », réfléchissez en premier lieu à votre définition du succès et à votre modèle commercial global.

Avez-vous l’intention de garder votre marque comme une activité secondaire ?

Voulez-vous qu’elle devienne une petite entreprise qui vous permet de gagner votre vie ou avez-vous l’intention qu’elle se mondialise?

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises ambitions !

Et pour connaître les vôtres, il faut vous délester de toutes vos peurs, croyances limitantes (je ne suis pas capable, je n’ai pas les compétences, je n’ai pas les moyens ….) et ensuite laisser votre imaginaire travailler.

Tel un enfant vierge de toutes ces pensées qui l’empêchent de rêver à un projet idéal ! Celui dont il rêve ! C’est vers celui-là qu’il faut tendre !

Ensuite, il faut voir les moyens pour y arriver et le temps que vous voulez mettre.

Si vous souhaitez vous développer le plus rapidement possible, vous aurez besoin d’une injection de fonds importante dès le départ.

Au contraire, si vous avez l’intention de rester dans votre travail actuel pendant 1 an, d’avoir votre marque comme complément ou le temps qu’elle se développe assez, alors vous pouvez très probablement vous permettre de commencer petit et d’utiliser vos économies pour démarrer votre marque .

Quoi que vous décidiez, nous vous recommandons de déterminer votre modèle d’affaires global et de réfléchir à votre définition du succès avant de commencer.

Combien coûtera votre marque en investissement initial?
Seconde activité : €
Petite entreprise: €€
Marque internationale: €€€

Combien coûtera votre marque en investissement initial?
Démarrage sur 2 ans : €
En 1 an: €€
En 6 mois: €€€

2. Quelles sont vos compétences et vos besoins en terme de délégation ?

Quoiqu’il arrive et quelques soient vos compétences, c’est une illusion de penser que vous allez tout pouvoir faire seul(e).

Site internet, univers graphique (flyers, logo, … ), conception, production, vente …. il va falloir déterminer ce que vous allez faire (parce que vous aimez, c’est dans vos compétences) et ce que vous allez devoir déléguer.

Si vous n’externalisez rien, votre investissement principal sera votre temps et vous économiserez de l’argent. Cette approche vous prendra cependant plus de temps pour lancer votre marque et vous devrez apprendre beaucoup de nouvelles compétences très rapidement et soyez honnête avec vous-même : vous ne pouvez pas être génial en tout.

Il y a donc des domaines dans lesquels ce sera du bricolage !

Mais cela peut permettre de faire de grosses économies au départ, le temps de tester le projet et de le rendre viable.

Il n’y a pas de soucis avec cela.

Beaucoup d’entrepreneurs de la mode comme Clément et Mathieu, fondateur de la marque éco responsable Hopaal ont commencé avec 2 000 €, de quoi simplement acheter le stock.

Ils n’avaient pas les moyens de faire faire un site web par une agence spécialisée. Et soyons honnête, ils ne savais pas où ils allaient. Ils ont donc pris leur temps. Ils se sont formés pendant 8 mois sur toutes les compétences qu’ils n’avaient pas. Et notamment sur WordPress (un logiciel de création de site web).

Et ils ont réussi à sortir leur site avec leurs petites mains ! Il n’était pas parfait mais il leur a permis de démarrer et d’être vraiment fier d’eux.

Comme c’était une activité secondaire au départ cela ne les dérangeait pas qu’il y ait quelques défauts. Il a permis de démarrer les premiers encaissements, de se faire connaitre et de rentrer dans l’arène.

6 mois plus tard, ils décidaient de quitter leur emploi et ont voulu professionnaliser leur marque. Impossible de garder ce site. L’image ne reflétait plus leurs ambitions. Il ne reflétait pas le sérieux, le minimalisme et l’engagement qu’ils voulaient de la marque.

Ils ont donc dû investir dans un site professionnel. Selon les prestataires, ils ont eu des devis de 500€ pour une page vitrine à 7 000€ pour un e-commerce clef en main.

Encore une fois, il faut voir en fonction de vos besoins et possibilités !

Posez vous, réfléchissez et notez tous les besoins pour créer une marque et ce que vous allez devoir déléguer.

Combien cela coûtera-t-il d’externaliser des tâches pour votre marque ?
Faites tout vous-même : € (prix des formations)
Externaliser certaines tâches : €€
Externaliser de nombreuses tâches : €€€

3. Combien de produits va compter votre gamme de vêtements ?

Lorsque vous vous demandez combien cela coûte de démarrer une entreprise, vous devez d’abord déterminer combien de produits vous souhaitez vendre et combien de stock cela représente. Parce que le stock, c’est le nerf de la guerre et c’est ce qui coûte cher.

Il peut être préférable de se lancer avec un petit nombre de pièces et de construire votre marque au fur et à mesure après votre lancement initial.

C’est ce que font de très nombreuses marques de vêtements artisanales.

Cela permet de capitaliser sur 1 produit et une fois que la machine est lancée, cela permet de travailler sur des nouveautés.

Je vois beaucoup de futurs créateurs de marques qui veulent se lancer avec des dizaines de produits, car ils ont travaillé des styles qui leur plaisent et ils sont dans l’urgence.

Ils veulent faire avant que le marché ne soit saturé. Une fois qu’on est lancé on a l’impression qu’on a plus le temps.

Mais, de mon avis personnel il est préférable de commencer par une gamme de capsules -peut-être même un seul produit – et de mettre toute son énergie dessus.

N’oubliez pas, pour chaque produit, si vous ne proposez pas un système de pré-commandes, vous allez devoir avancer les matières premières, le packaging, les étiquettes, la réglementation… C’est un coût.

Et plus vous multipliez les produits, plus le coût est élevé.

Non seulement le lancement avec une pièce ou une petite collection vous permettra de tester le marché, mais cela vous permettra également d’avoir constamment quelque chose de nouveau à présenter à votre communauté à chaque fois que vous lancerez votre prochaine idée.

Vous pourrez même engager votre communauté dans le processus et vos clients pourront vous à aider à créer les produits qu’ils attendent à l’exemple de la marque Asphalte.

Que vous fabriquiez vous même ou que quelqu’un d’autre le fasse, la création d’un produit prendra du temps et de l’argent.

Vous devrez investir dans les matières, les tests et l’évaluation de la sécurité pour les vêtements pour enfants, vous devrez investir dans de nombreux essais pour vous assurer que c’est la meilleure version que vous allez proposer.

Vous devrez également investir dans l’emballage, l’étiquetage, les shootings photo et vidéos, les campagnes de publicité…

Moins vous lancez de produits, plus vos coûts initiaux sont bas.

Combien cela coûtera-t-il pour démarrer votre marque avec beaucoup de pièces ?

Lancement avec 1 à 5 produits : €
avec 5 à 10 produits : €€
avec + 10 produits : €€€

3. Qui va créer vos produits ?

C’est quand même la grande question à vous poser !

La conception d’un vêtement peut être la partie la plus amusante du démarrage de votre entreprise , ou pas… cela dépend de vos compétences et appétences.

Lors de la formation “créer et vendre ses vêtements” nous enseignons les bases de la conception ainsi que l’étude approfondie des matières afin d’être en capacité de faire ses propres choix.

Car entre fabriquer quelques vêtements pour soi et son entourage … et fabriquer et surtout vendre des dizaines de produits par jour il y a un monde !

Travailler avec un styliste ou un atelier de fabrication peut être une solution pour ceux qui ne sont pas intéressés (ou compétent) pour la fabrication mais qui souhaitent se concentrer sur l’image de marque et la vente et qui souhaitent des produits professionnels et surs.

Alors, comment allez vous créer vos vêtements ?
Moi-même : €
Moi-même avec une formation adéquate : €€
Je délègue à un styliste/atelier : €€€

5. Quels sont vos produits ?

Allez-vous vendre de simples tee-shirts en coton bio ou une très belle veste en Tencel? Allez-vous utiliser des matières basiques ou complexes ? Allez vous les acheter auprès d’un grossiste national (ou international ) ou plutôt auprès de fabriquants français ? Et aussi, de combien de matières différentes avez vous besoin ?

Dans notre formation, je conseille de ne pas multiplier les matières. Le but est de capitaliser les coûts en achetant en gros. Acheter par 50 mètres de tissu au lieu de 5 mètres peut diviser les coûts par 2 !

Alors choisissez vos/votre matière(s) phare(s) et déclinez vos vêtements autour.

Si vous regardez bien, vous remarquerez que de nombreuses marques fonctionnent ainsi. Cela permet de minimiser les coûts mais aussi cela permet d’avoir une communication toute trouvée sur une matière phare.

Ainsi, il va falloir réfléchir à votre marque et votre gamme de produits. A partir de là, il va falloir faire des recherches et demander des devis auprès des fournisseurs pour évaluer le coût de revient de votre produit. Ce qui déterminera aussi sont prix.

Est-ce que le prix est correct vis à vis du marché et de l’image de marque ?

Quel est le budget pour la fabrication de vêtements
Produit simple, sans emballage : €
Produit complexe avec emballage simple : €€
Produit complexe avec emballage complexe : €€€

6. Qui va fabriquer vos produits ?

Allez-vous fabriquer vos propres produits ou allez-vous confier la fabrication à un atelier de confection ?

Plusieurs questions doivent alors se poser en terme d’Organisation et de Finance :

Organisation : Pour qu’une marque soit performante et génère un CA, elle doit se vendre. Ainsi beaucoup de marques les plus performantes sont celles qui consacrent la majorité de leur temps à la commercialisation et à la vente de leurs produits. Cela signifie qu’il faut bien penser l’organisation entre la fabrication et la vente. Etre au four et au moulin en même temps n’est pas évident et il faut bien être certains que vous pourrez tout gérer. La fabrication ET la vente. Sans compte l’administratif, la gestion des stocks, la communication, le SAV, …

Ne minimisez pas le temps disponible. Seul(e) avec 2 bras, 2 jambes, 1 tête et 24h dans une journée, on ne peut pas faire de miracle. Vous devez donc bien penser votre organisation et vos priorité pour faire réussir votre marque.

Financier : que ce soit fabriquer soi même ou faire fabriquer, cela a un cout. Il n’y a pas une solution moins onéreuse que l’autre. tout dépend de votre statut.

Au passage (mais ce n’est que mon avis ), le statut micro entrepreneur n’est pas adapté à une activé de fabrication et revente de vêtements. Ou plus précisément, il ne me parait pas avantageux.

Pour 3 raisons essentielles :
– On ne peut pas déduire la TVA alors que vous allez avoir de nombreux achats (stock, équipement, publicité… )
– Vous serez imposé sur votre CA et non sur votre bénéfice, ce qui veut dire que vous n’allez pas pouvoir déduire vos charges, et qui sont nombreuses : aménagement, avance de stock, outil de communication, ….
– Vous êtes limité en CA

En fait ce statut a été créé au départ pour faciliter les créations d’entreprise en seconde activité pour un salarié par exemple ou pour toutes les activités de service. Par exemple, animer des ateliers sous forme de micro entreprise, ok car il y a peu de charges. On opte pour le statut micro entrepreneur dans l’optique de “tester” son business avant de se lancer vraiment. C’est à la limite le seul intérêt que je lui trouverai. il faut juste être certain que cela est bien adapté au projet.

Je sais que c’est souvent le 1er statut auquel on pense car c’est “facile” et “gratuit”. Mais quand on monte une entreprise, ce ne sont pas ces critères qui doivent conduire nos choix. Il faut étudier les différents statuts et prendre celui qui parait le plus adapté a son projet et sa situation. Effectivement créé une société à un coût de départ mais qui est vite rentabilisé avec les charges. Et personnellement, je n’ai pas l’impression de ne faire que payer comme disent certains entrepreneurs. Sans compter que tu as pas mal d’exonérations au départ pour lancer ton activité. Voilà rapidement mon avis. J’en parle plus en détail dans mes formations.

Faire fabriquer a forcément un coût et chaque sous traitant vous demandera également un minima de commande (de 30 à 200 pièces/produit), ce qui fait une grosse avance de trésorerie et un stock conséquent à écouler.

À vous de faire le calcul grâce au prévisionnel financier pour voir la solution la plus adaptée à votre situation.

Combien coûtera la fabrication de vos produits ?
Fabriquer tout vous-même avec une pièce a disposition: €
Externaliser la fabrication en Europe : €€
Externaliser la fabrication en France : €€€

7. Qui va construire votre image de marque ?

Avez-vous réfléchi à la façon dont vous allez concevoir votre marque elle-même?

Et je ne parle pas seulement de votre logo ou de votre site Web, je parle de votre histoire, de votre «pourquoi», de vos valeurs, de votre expérience globale de marque et bien plus encore.

Il faut du temps pour développer votre marque et c’est souvent le point négligé par de nombreuses entreprises artisanales.

J’ai vu tellement de marques artisanales perdre des opportunités de vente au détail, des investissements et des ventes parce que leurs marques ne les différencient pas de la concurrence.

Même artisanale, la mode reste la mode. Les clients achètent avant tout une histoire, de la beauté, des valeurs; un packaging et un peu de “rêve”.

Négliger le marketing c’est voué votre entreprise à l’échec.

Aujourd’hui, de nombreuses marques voient le jour chaque jour alors vous devez bien construire votre image et savoir exactement ce que vous apportez de plus au monde avec vos produits.

Si vous êtes prêt à consacrer du temps à apprendre à concevoir votre marque (en utilisant les compétences de notre formation de création de marque ), vous n’aurez peut-être pas besoin d’investir dans l’aide d’une tierce partie.

Cependant, si l’image de marque n’est pas votre point fort (ou quelque chose que vous n’avez jamais fait auparavant), vous pouvez envisager de faire appel à un expert pour vous aider à bien faire les choses.

Combien cela coûtera-t-il de concevoir votre marque ?
Créez vous même le marketing de votre marque : €
Externaliser les éléments de la conception de votre marque: €€
Externaliser l’ensemble du marketing et de la communication de la marque: €€€

Maintenant parlons des frais fixes pour créer sa marque

  1. Les formalités administratives

Une fois la réflexion préliminaire sur votre marque validée, vous pourrez entamer les démarches administratives de la création d’entreprise, ainsi que les éventuelles formalités réglementaires propres au marché ciblé.

Voici la liste des actions administratives que vous devrez effectuer pour être en règle :

Créer l’entreprise : les formalités dépendent du statut choisi (comptez 1500€ pour une entreprise type SARL, SAS…. , gratuit en microentreprise mais je ne conseille pas ce statut pour une entreprise de création de vêtements), de si vous fabriquez vous-même ou non…

Mettre en place tous les éléments nécessaires à votre activité (ouverture d’un compte bancaire, ….), comptez quelques centaine d’euros

Déposer la marque à l’INPI : le coût démarre aux alentours de 300€.

Pour les formalités administratives, il faut compter aux alentours de 2 000-3 000€.

  1. Les démarches réglementaires

Pour pouvoir commercialiser des vêtements pour enfants en France, il est nécessaire de répondre aux exigences des normes TR16792, EN 14682 et EN 17878.

Par exemple, pour s’assurer de l’innocuité des produits destinés aux bébés de 0 à 3 ans, toutes les parties d’un produit doivent être testées en laboratoire, incluant les étiquettes textiles en contact avec la peau (tissu principal, doublure, biais, broderies, liens, fils de couture doivent être testés).

Ainsi, au niveau réglementaire, un produit vous en coutera environ entre 300 et 2000€, selon :

  • sa complexité
  • votre budget (vous pouvez tout déléguer ou garder une partie du travail à faire)
  • vos allégations (tests supplémentaires)
  • vos prestataires (laboratoire, évaluateur …)

Voilà, j’espère que vous avez trouvé des réponses à vos questions dans cet article.

À travers lui vous voyez qu’il est possible de lancer une marque avec quelques milliers d’euros, comme avec des centaines de milliers.

Malheureusement, ou heureusement, pour connaitre VOTRE coût, il va falloir vous poser sur votre projet, établir un business plan et travailler sur un plan financier.

Ce n’est qu’après ce travail que vous saurez exactement combien vous coutera la création de votre marque. Et vous pourrez alors aller chercher les financements nécessaires à sa réalisation.

Quoiqu’il en soit, créer une entreprise a un coût et si vous ne souhaitez pas investir pour votre avenir, vous ne pourrez pas réaliser votre rêve.

Créer une entreprise c’est prendre un risque, sortir de sa zone de confort. C’est tout à la fois excitant, effrayant, euphorisant, insécurisant,….

Une aventure tellement incroyable que quoi qu’il arrive vous ne regretterez pas d’avoir voulu réaliser vos rêves !

Et comme je l’écrivais en début d’article, le prévisionnel financier va vraiment vous aider à définir la meilleure stratégie de développement et aller chercher des financements complémentaires pour vous lancer dans les meilleures conditions !

Les 10 tendances de la Mode en 2021

L’année dernière a été une année difficile pour l’industrie de la mode, et au début de cette année, elle est encore chancelante.

Mais le Covid-19 a permis à toute l’industrie de se réveiller et de réaliser que la façon dont les affaires sont faites n’est pas aussi saine que nous le pensions.

Pas pour l’environnement et les travailleurs qui fabriquent les produits.

Les clients ont changé de comportement et les marques ont été obligées de se recentrer et de changer de stratégie.

De nouvelles opportunités sont apparues, comme la revente et la location.

L’année 2021 (et au-delà) s’annonce prometteuse, une façon plus saine de faire des affaires.

Voici ce que nous pensons de l’évolution du secteur et les sujets qui aideront les marques à se développer, même en période d’incertitude.

Tendance #1 : la Revente et la Location

Les statistiques du secteur de la mode montrent que le marché de la revente devrait atteindre 64 milliards d’euros au cours des quatre prochaines années.

La revente devrait donc être multipliée par cinq tandis que le commerce de détail physique (en boutique) devrait se contracter.

Le marché de la location en ligne quand à lui devrait atteindre 1,96 milliard d’euros d’ici 2023.

Certaines marques pionnières comme SKFK sont intéressantes à suivre.

Ces chiffres montrent que le comportement des consommateurs a changé et que les gens sont désormais plus ouverts à l’épargne et à l’achat de seconde main.

Les consommateurs se sont éduqués pendant la pandémie et ont compris les dommages environnementaux que l’industrie de la mode fait sur notre planète.

Poshmark, Thredup, Vestiaire Collective et d’autres marchés de revente ont vraiment décollé pendant la pandémie.

De nouveaux acteurs comme Sharesson, qui se concentrent sur le segment des articles de plein air, sont apparus pour aider à rendre les articles de plein air circulaires.

Tendance #2 : la Communauté

Au cours de la pandémie, il est apparu clairement que certaines marques de vêtements se soucient vraiment des autres et que d’autres ne cherchent qu’à faire de l’argent…

Les marques dotées d’une forte communauté, avec une communication directe avec leurs pairs, ont conservé leurs clients.

Les gens veulent se sentir écoutés et savoir que vous vous souciez d’eux.

Tendance #3 : la Durabilité

Les clients sont beaucoup plus conscients des dégâts causés par l’industrie de la mode sur notre planète et des mauvais traitements infligés aux travailleurs par les entreprises de la fast-fashion.

Ils se tournent donc davantage vers les options durables.

La durabilité est une opportunité énorme pour les marques, mais elle doit être mise en œuvre de manière honnête et stratégique.

Une étude de l’ARPP montre que jusqu’à 90 % des allégations écologiques sont fausses ou inexactes.

Exemple de composition d’un pull qui n’a rien de « Conscious »

Les marques doivent être conscientes du risque de greenwashing si elles veulent conserver leurs clients fidèles.

Tendance #4 : La Circularité

Ce sont les marques qui mettent en œuvre un modèle économique circulaire qui auront le plus d’impact sur la réduction d’impact environnemental.

Les fournisseurs, les fabricants, les marques et les détaillants doivent donc s’unir pour trouver de nouvelles façons de faire des affaires et de créer/livrer des produits.

Tendance #5 : la Diversité et l’Inclusion

Nous vivons aujourd’hui dans un monde où les gens sont fiers et honnêtes de ce qu’ils sont et de ce qu’ils défendent.

Nous vivons dans un monde où chaque personne compte, quel que soit son statut économique, son origine ethnique, sa sexualité, sa religion, sa taille et sa couleur.

Les femmes achètent des produits pour hommes et les hommes des produits pour femmes.

Les marques ont commencé à proposer des produits unisexes, à augmenter leurs tailles, à proposer des produits sans saison dans de nombreuses couleurs différentes pour s’adapter à de nombreuses carnations.

Les marques de l’avenir sont inclusives et soutiennent les personnes qui s’affirment telles qu’elles sont.

Tendance #6 : Honnêteté & Transparence

Les clients d’aujourd’hui sont bien éduqués et informés.

Les marques ne peuvent plus dire n’importe quoi à leur communauté.

Comme on l’a vu récemment avec le #balancetastartup, les médias sociaux peuvent développer une base de clients fidèles, mais ils peuvent aussi rapidement et facilement détruire un public et transformer les clients en militants qui détruisent la marque.

C’est pourquoi la transparence et l’honnêteté sont impératives pour établir un lien solide avec la communauté d’une marque. Elles créent la confiance.

Et lorsqu’un client fait confiance à une marque, il lui est fidèle, jusqu’à ce que cette confiance soit brisée.

Tendance #7 : Développer du contenu autour de la marque

Le contenu de marque est essentiel dans le monde numérique d’aujourd’hui.

C’est ce qui attire les clients sur votre site, ce qui les incite à acheter chez vous et ce qui fait d’une personne un fan inconditionnel plutôt qu’un acheteur unique.

Les marques qui se développent ont des stratégies de contenu en constante évolution.

Elles sont leurs propres maisons de médias.

Elles sont à l’avant-garde de ce qui fonctionne, elles modifient, améliorent et diffusent en permanence des contenus qui trouvent un écho auprès de leur public cible, attirent de nouveaux clients et font revenir les anciens.

Aujourd’hui plus que jamais, les gens sont connectés et regardent constamment leurs écrans, du contenu écrit, des images et des vidéos.

Les médias sociaux s’orientent de plus en plus vers le contenu vidéo, et vous devriez faire de même.

La création de contenu n’est pas l’apanage du service marketing.

C’est quelque chose que chaque personne qui travaille devrait contribuer à créer. Les clients veulent savoir ce qui se passe dans votre entreprise.

Les détails, les coulisses. Ils veulent avoir le sentiment de faire partie de votre marque, et non d’être un « client ».

Tendance #8 : Un fonctionnement agile

La pandémie a montré clairement quelles marques étaient lentes et quelles marques étaient sur le qui-vive, prêtes à s’adapter aux changements.

Au cours des six derniers mois, nous avons vu beaucoup trop de faillites.

Beaucoup auraient pu être évitées si les marques avaient été rapides à répondre aux changements de comportement des consommateurs.

L’industrie de la mode a toujours été et sera toujours en constante évolution.

Les marques qui sont trop lentes à réagir et dont le fonctionnement est trop complexe ne feront malheureusement pas long feu.

C’est au contraire une très belle opportunité pour les jeunes (petites) marques !

Tendance #9: L’essor du numérique

La demande numérique en ligne a explosé pendant la pandémie.

Les marques qui ont rapidement mis en œuvre de nouvelles innovations numériques dans leurs opérations ont vu leurs ventes augmenter.

Le numérique s’est étendu de la boutique en ligne et des médias sociaux au shopping en direct via le live-streaming, au chat et à l’assistance client 24h/24, à l’assistance client vidéo, au shopping social et à l’intégration de places de marché.

Certaines marques de vêtements ont même créé des expériences d’achat personnalisées, ce qui ne manquera pas de prendre de l’importance à l’avenir.

Tendance #10 : Moins, c’est mieux

Il est évident que le fait d’avoir beaucoup de produits ne signifie pas nécessairement plus de profits.

Ce qui compte, c’est le BON type de produit, au bon prix, avec la bonne marge, qui permettra aux marques d’obtenir les revenus qu’elles souhaitent.

Les marques doivent trouver des moyens de réduire les stocks tout en vendant leurs produits au prix juste.

De plus en plus de marques ont d’ailleurs adopté des collections sans saison.

En résumé

Voici nos 10 tendances pour 2021 :

  1. Le développement de la Revente & la Location
  2. Les marques à Communauté
  3. La Durabilité
  4. Les nouvelles offres concernant la Diversité & l’Inclusion
  5. La Circularité
  6. L’impératif d’honnêteté et de transparence
  7. La création de contenu AUTOUR de la marque
  8. Un fonctionnement nécessairement plus agile
  9. L’explosion (encore plus) du digital
  10. Moins c’est mieux (et c’est tant mieux)

Toutes ces tendances seront bien sûr étudiées et appliquées pendant la formation…

5 jeunes marques qui se sont lancées avec succès grâce au Crowdfunding

Le crowdfunding peut être un bon moyen de lancer sa marque.

Cette technique de pré-ventes sur Internet d’un nouveau produit sur des plateformes spécialisées permet en effet de tester son offre sans trop prendre de risque.

Pourquoi est-ce moins risqué ?

Car pas besoin d’une grosse trésorerie pour avancer la fabrication des produits (et le stock) sans savoir si on va vraiment vendre.

Bien sûr ce n’est pas si facile et beaucoup de projets mis sur les plateformes comme Ulule ne décollent pas au bout des 2 mois de pré-commandes (c’est la durée moyenne d’une campagne).

Mais certains ont vraiment réussi à se construire une belle notoriété et refont même régulièrement des campagnes.

C’est le cas par exemple de la marque bordelaise Asphalte

1. Le pull parfait par Asphalte

Cette jeune marque, créée en 2016, a décidé de remettre en questions 2 principes classiques de la Mode :

  • un système de vente en direct avec des pré-commandes pour optimiser les coûts de production et tout miser sur la qualité des produits
  • des enquêtes régulières auprès de leur communauté pour connaître les attentes /besoins précis de leurs clients (alors que d’habitude on fait confiance à des bureaux de tendance)

Le résultat ?

Les ventes ont explosé et l’équipe est composée désormais de 15 personnes avec des produits correspondant vraiment aux attentes de leur communauté.

Leur campagne « le pull parfait« , leur première campagne de crowdfunding en 2016, a abouti à 2 438 ventes en quelques semaines.

Le résultat de l’enquête « Le pull parfait » qui les a aidé à choisir l’intégralité des caractéristiques du pull

2. Les culottes menstruelles par Réjeanne

Lancée en 2018, la campagne de pré-commandes pour des culottes menstruelles de Réjeanne a fait un carton.

Plus de 7 574 commandes en 1 mois et demi !

Il faut dire que c’est un produit que les femmes attendaient depuis longtemps.

D’autres marques se sont d’ailleurs lancées sur ce créneau car la demande est énorme.

A « l’époque », ce NOUVEAU produit avait été fortement mis en valeur dans tous les magazines féminins.

Un beau lancement pour une marque engagée au niveau de la production (française) et de la certification écologique de ses matières.

Il est certains que d’autres marques vont se créer en segmentant ce marché…

3. Le DemocraTee par Hopaal

Hopaal est une jeune marque lancée en 2016 par 2 amis étudiants qui rêvaient d’avoir un impact positif sur le monde.

La marque a décollé grâce à une campagne de crowdfunding en 2017.

Depuis le système des pré-commandes fait partie de leur business modèle de tous les jours avec de temps en temps une grande campagne de nouveau sur Ulule.

C’est le cas pour le lancement de leur produit DemocraTee dont l’objectif est « de rendre la Mode responsable accessible au plus grand nombre ».

Durant leur campagne, les 2 co-fondateurs n’ont pas hésité à partagé les coûts de fabrication avec leur marge, ce qui est souvent considéré comme un secret par la plupart des marques.

Bien sûr ce genre de projet n’est pas à conseiller pour quelqu’un qui se lance car sans marge, une entreprise n’est pas durable !

Il s’agit néanmoins d’une belle opération (de communication?) qui démocratise l’usage du recyclé Made in France.

Clément, l’un des deux cofondateurs, interviendra lors d’un webinaire spécialement dédié aux participants de notre formation pour vous expliquer comment réussir une campagne de crowdfunding.

4. Les chaussures en déchets de raisin Zeta

On peut dire que cette campagne de crowdfunding de la marque Zeta a fait le buzz.

Des baskets fabriquées à partir de déchets organiques, ce n’est pas courant !

En plus, la fondatrice est basée à Bordeaux, ville du vin par excellence.

Tous les ingrédients étaient là pour faciliter le travail de communication et intéresser les médias.

Au final 2 078 paires ont été pré-vendues fin 2020 en pleine pandémie.

Voici la vidéo teasing de la campagne.

C’est un très bel exemple de marque se différenciant par une innovation matière.

Si vous souhaitez d’autres idées de différenciation, voici un article dédié Créer sa marque de vêtements : 9 pistes pour trouver sa niche

5. Des chaussettes dépareillées pour une bonne cause avec Cabaïa

La jeune marque Cabaïa (2015) a lancé plusieurs crowdfundings sur un concept original : vendre des packs de chaussettes dépareillées au bénéfice de la SPA.

Finies les chaussettes « orphelines » que l’on doit jeter.

C’est un problème que nous avons tous eu un jour et qui conduit à des millions de chaussettes jetées prématurément !

Lors de leurs campagnes, une partie de l’argent récolté sert directement à soutenir des actions concrètes de protection des animaux.

Bref une campagne UTILE qui permet de se faire connaître à un public très impliqué : les adhérents de la SPA.

En conclusion

Certaines jeunes marques ont créé leur notoriété et leurs premières grandes ventes grâce à des campagnes de crowdfunding très inspirantes et très bien orchestrées.

Si vous souhaitez vous lancer, nous vous conseillons de vous inspirer largement de leurs pages présentant leurs projets qui sont TRES détaillées.

Et si vous souhaitez bénéficier de l’expérience de success stories françaises, vous pouvez vous inscrire à notre formation durant laquelle des créateurs/créatrices interviendront pour vous expliquer comment ils ont fait !

Bien plus que des vêtements…

Noémie, styliste à Paris, a créé il y a quelques années Edmée Paris une marque de vêtements dédiées aux femmes qui font du vélo.

Comme elle l’explique, au delà d’une marque de vêtements, c’est un engagement à promouvoir la confiance en soi et la liberté pour les femmes.

Car circuler dans une grande ville à vélo demande un certain courage à cause de la circulation et du regard des autres.

Une belle aventure qui donne envie de développer sa propre marque engagée ! 😉

Présentation détaillée des modules Fabrication & Réglementation

Pour bien comprendre la richesse de la formation « Comment créer une marque de vêtement responsable » et ce qu’elle va vous apporter, voici le détail des modules Production & Réglementation.

Ces modules seront animés par Anne-Gaëlle LAMORT, une experte en fabrication de vêtements qui a travaillé comme directrice Sourcing & Qualité pour les plus grandes marques (Etam, Kanabeach, Aigle, Volcom, Monoprix, Hermès).

Module 3 : Fabrication de vêtements

Le suivi des prototypes & de la production
 La conception d’un vêtement vue par un responsable Sourcing/Qualité
 L’étape clé du prototypage (objectif : réduction du nombre de prototypes )
 Les fiches techniques à fournir aux ateliers/usines
 Les validations des matières ( objectif : réduction du nombre de coupes )
 Les têtes de série / Lancement en production
 Les inspections & les rapports d’inspection : qui choisir ? comment lire un rapport ?

La chaîne de fabrication des vêtements de A à Z
 La préparation de la matière
 La coupe
 L’Impression et/ou la broderie ?
 L’étape du montage
 Le délavage & les finitions (objectif : réduction de la quantité d’eau / chimie)

A qui faire appel pour le sourcing de matières et d’ateliers/usines de fabrication ?
 Où les trouver : salons, rencontres, inspirations
 Benchmarks chez les marques-modèles
 Comment s’assurer que les ateliers vont correspondre à vos attentes
 Comment les tester
 Grand import, proche import ou made in France ?
 Quels produits à quel endroit ?
 Les minimums ( objectif : réduire les quantités )
 Le transport
 Façon ou produit fini ? définition des 2, avantages et inconvénients

Comment concevoir un beau vêtement
 Les matières
 L’usage, .. pour qui ?
 Les accessoires
 L’identification
 Les finitions : délavages, sur-teinture …
 Ce qui ne se voit pas ( entoilage, apprêts … )

Calculer le coût de développement d’un produit Textile
 Emploi matière
 Construction du vêtement ( objectif : usage de la 3D )
 Choix des accessoires
 Temps passé
 Le patronage, la gradation
 Le prototype, les gammes de taille, la pre-production

Comment optimiser le coût de développement ?
 Emploi matière : optimisation ( objectif : réduction des déchets de coupe )
 Choix des accessoires
 Bases à extrapoler, matières à réutiliser ( objectif : réduire le lancement des
nouvelles matières )
 Mettre les interlocuteurs à contribution

Les intervenants spécialisés qui peuvent vous aider à développer votre gamme
 Les bureaux de sourcing fournisseurs et matières
 Les bureau d’études
 Les centres techniques et développement matières ( + liste/contacts )

Les pistes & idées d’éco-conception
 L’éco-conception c’est quoi ? définition et usage
 Travail du discours en amont, communication interne et externe
 Choix des matières/accessoires
 Choix du circuit de fabrication et distribution ( ODD : soutien de la filière et du
savoir-faire français ou EU / gestion des transports )
 Les écolabels & certifications indispensables à connaître dans le Textile
 Oekotex
 Coton : GOTS ..
 Polyester 
 Laine
 Le bien-être animal
 Le pré ou ou le post-consumer ? Définition

Les matières naturelles, recyclées, recyclables & les nouvelles matières innovantes

 Les différentes catégories : naturelles, artificielles, synthétiques
 Focus sur le lin et le chanvre
 Les fibres d’ananas, les algues,
 Le cuir «  vegan »

Le cahier des charges pour optimiser sa supply chain
 Les incontournables du cahier des charges
 Définition et contenu : comment mettre en avant les objectifs de développement durable & RSE

Module 4 : Etre conforme à la réglementation Textile


Les grandes familles de tests réglementaires pour les produits & articles en Textile
 La chimie
 Les performances
 Typologie
 Politique de tests / cahier des charges

L’étiquetage obligatoire
 Comment y arriver – à quel moment récolter les infos
 Made in : définition
 Lavage : obligations
 Composition : les fibres, la règlementation
 Différentiation réglementaire et marketing
 Europe et reste du monde

Le règlement européen REACh
 Bonnes pratiques
 Les formations disponibles si besoin
 Les interlocuteurs spécialistes

Les vêtements pour enfants
 Les bases, la règlementation
 La chimie et les spécificités produits ( cordons etc .. )
 Les formations

L’affichage environnemental
 Ou en est-on, où veut-on aller ?

Voici tout se que vous allez découvrir durant ces 2 modules !

Bien sûr, l’objectif est de vous aider à faire le point sur VOTRE projet.